Thèse Stefanos Karampelas

"Etude du changement de couleur des perles par traitement"

Stefanos Karampelas, 27 juin 2008.

Cette thèse a été soutenue en grec à l'université Aristote de Thessalonique (Grèce). Nous vous proposons ici sa version courte en français en format pdf.

Cette thèse démontre que les perles sont colorées non pas par un seul pigment, mais par un mélange de pigments. La même série de pigments appartenant à la même famille est toujours représentée dans les perles colorées des mollusques des genres: H. cumingi, H. schlegeli, Strombus gigas, Melo melo, Mytilus edulis, Mercenaria mercenaria, Cypraea cervus, Busycon carica, Pleuroploca gigantea, Swiftopecten swiftii, Neodipecten nodosus, Margaritifera margaritifera, P. albina et P. radiata. Ces sont des « polyènes simples », ayant pou formule chimique générale R-(-CH=CH-)n-R’. Les perles du genre Pinna sont quant à elles colorées par un mélange de caroténoïdes. Les perles colorées des mollusques des genres P. margaritifera, P. maculata, Crassostrea virginica, Lopha cristagalli, P. mazatlanica, P. fucata et Pteria penguin contiennent une espèce particulière de porphyrine. Pour les pigments de quelques échantillons, nous avons pu démontrer leurs caractéristiques spectroscopiques, mais pas leur nature exacte. Par exemple, la couleur jaune des perles de P. maxima, P. fucata et P. margaritifera est due à la présence d’un pigment qui induit une absorption large entre environ 330 et 460 nm, avec deux maxima vers 355 et 435 nm. De plus, les différentes couleurs des perles de P. margaritifera sont causées par un mélange d’absorptions aux environs de 405, 435, 460, 495, 530, 585, 625, 650, 700 et 745 nm. Une grande partie des perles ayant une couleur obtenue par traitement présentent une décomposition de leur matière organique, provoquée par le traitement. Pour cette raison, leurs spectres Raman montrent des pics larges vers 1350 et 1600 cm-1. En outre, leurs absorptions centrées vers 280 nm ont des formes et des intensités relatives différentes par rapport à celles présentes dans les spectres des perles de couleur naturelle. Pour la séparation des perles de couleur naturelle des perles de couleur traitée, la méthode déterminante est dépendante du mollusque d’origine. Quelquefois, afin d’identifier la couleur des perles, il est nécessaire d’employer une combinaison de méthodes gemmologiques, dites « classiques », et des méthodes plus sophistiquées.

Informations supplémentaires